• Rupture de stock

PI2008231 SUIVI PAR TÉLÉDÉTECTION DE LA DYNAMIQUE DES MILIEUX SAVANICOLES ET FORESTIERS GABONAIS

9,48 €
Quantité
Add to wishlist
Rupture de stock

RÉSUMÉ

Une étude diachronique s’appuyant sur des données de télédétection, d’enquêtes et de relevés de terrain est réalisée sur deux secteurs gabonais pour suivre l’évolution de l’occupation des sols de la forêt classée de la Mondah (FCM) et l’évolution du contact forêt-savane du parc national de la Lopé (PNL). Sur la FCM, la synthèse des données existantes ainsi que les informations nouvelles issues du traitement des images SPOT 4 et Landsat TM montre, qu’entre 1960 et 2000, la superficie forestière est passée de 7 851 à 3 527 hectares, soit une diminution d’environ 55 %. Cette diminution est de 15 % sur la décennie 1990-2000. Les principaux changements observés sont une conversion importante de zones de forêt stable en zone de forêt dégradée incluant cultures, jachères, recrûs forestiers, zones de sols nus, carrières de sable, ainsi qu’une diminution des plantations d’okoumé. Quant au PNL, la forêt y progresse sur la savane en moyenne de 0,47 km2/an, avec des stratégies locales variables qui dépendent des feux de brousse, du type forestier et de l’action de la population.

MOTS CLÉS

Forêt, Savane, Ecotone, Télédétection, Gabon.

9782747215213
Nouveau

16 autres produits dans la même catégorie :

Availability: 30 In Stock

Suite à l’incendie survenu dans le tunnel du Mont Blanc, une nouvelle réglementation a été adoptée imposant pour chaque tunnel routier la réalisation d’une étude de ses risques spécifiques et, pour le transit des marchandises dangereuses, une comparaison avec les risques présentés par les itinéraires alternatifs. Dans la mise en oeuvre pratique de ces nouvelles études, la tentation a été grande de multiplier et de sophistiquer les modélisations d’incendies, les analyses de scénarios, les calculs de probabilité, les critères permettant d’effectuer des choix rationnels… Le groupe de travail chargé de définir de bonnes pratiques en la matière, qui avait à la fois une grande expérience du terrain et des outils scientifiques, a convergé progressivement vers une doctrine concrète d’« usage raisonné » de la science faisant leur place aux raisonnements traditionnels fondés sur des règles simples, mais robustes. On décrira ici la complexité des arbitrages faits entre deux logiques, la logique « hyperrationnelle » et la logique pragmatique, qui sont toujours plus ou moins en tension dans la réglementation relative aux risques.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website