MU201323432 DE LA FANTASTIQUE À L’OP. 55 DE SAINT-SAËNS Agrandir

MU201323432 DE LA FANTASTIQUE À L’OP. 55 DE SAINT-SAËNS

En Savoir Plus

9,48 €

Résumé

Par sa richesse polyphonique, le genre de la symphonie semble naturellement propice aux développements contrapuntiques. De ce point de vue, la permanence d’imitations, canons, renversables et autres superpositions mélodiques dans les symphonies françaises contemporaines de Boëly s’inscrit dans la lignée des maîtres viennois de la seconde moitié du XVIIIe siècle, tandis que leur proximité avec des moments de grande vocalité dessine un idéal plus spécifiquement national. La mise en avant de ces manifestations du style sévère est ainsi l’occasion d’envisager le rapport entre l’écriture contrapuntique des traités et une écriture plus librement adaptée à une pensée orchestrale de grande envergure. Plus encore, la figure particulière du fugato invite, par sa présence ininterrompue dans le corpus, à un questionnement sur sa rhétoricité après 1830. De Berlioz au jeune Saint-Saëns, avec Félicien David, Reber, Louise Farrenc, Gounod ou Bizet, tous recourent au moins une fois dans leurs symphonies aux principes de la fugue. Puissance narrative et expressive chez Berlioz, surprise et renouveau d’un mouvement lent avec Gounod et Bizet, démonstration d’une science compositionnelle ou réappropriation des techniques strictes de la fugue, le choix du fugato dépasse le simple besoin de renouvellement du discours musical. La mise en perspective de ces sections, leur positionnement, la conception des sujets, l’agencement des entrées et leur traitement instrumental permettent alors de réévaluer les enjeux structurels de tels passages et leur portée à un niveau compositionnel plus large.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

MU201323432 DE LA FANTASTIQUE À L’OP. 55 DE SAINT-SAËNS

MU201323432 DE LA FANTASTIQUE À L’OP. 55 DE SAINT-SAËNS

Donner votre avis