Le langage des paraboles, Psychanalyse introspective

23,60 €

L'ouvrage débute par un exposé théorique justifiant la méthode de traduction utilisée, suivi d'une étude détaillée, à la lumière de la psychanalyse diélienne, de très nombreux passages, connus ou moins connus, des évangiles synoptiques : épisodes de la vie de Jésus, « miracles » symboliques et paraboles.

Quantité
Add to wishlist

Le langage symbolique est l'une des plus énigmatiques productions de l'esprit humain, mais aussi l'une des plus universelles. C'est une forme d'expression présente dans toutes les civilisations et conservée par la mémoire collective à travers les siècles. Réactualisant la célèbre formule des épîtres de Paul « la lettre tue, mais l'esprit vivifie », Jeanine Solotareff démontre, à partir de l'exemple des paraboles des évangiles, que ce langage apparemment hermétique et souvent paradoxal exprime sous forme imagée les conflits intérieurs du psychisme et leurs voies de résolution. La pensée scientifique établit ainsi un rapprochement inattendu entre une formalisation ancestrale et nos préoccupations actuelles.

L'intention de l'auteur n'est pas de polémiquer sur les dates de rédaction des Evangiles ni sur la langue initiale dans laquelle ils ont été écrits. Le propos de l'ouvrage, loin de toute exégèse, est d'expliciter "la bonne nouvelle" : l'annonce d'un espoir pour l'humanité, en accord avec l'enseignement de Bouddha ou de Lao Tseu, en accord aussi avec l'enseignement de personnalités qui ne furent que des « sages » et non des « saints » mais qui jalonnent l'histoire de l'humanité, tels que Socrate, Epictète, Epicure, ou encore Spinoza.

Jeanine Solotareff, élève de Paul Diel, exerce comme psychanalyste depuis plus d'un demi-siècle et met en œuvre la méthode introspective dans sa pratique thérapeutique. Conférencière, elle a dispensé un enseignement public de la théorie diélienne en France, en Suisse et au Canada et a participé à des émissions de France Culture. Ecrivain, elle a publié depuis 1979 une dizaine d'ouvrages dans lesquels elle développe et amplifie les concepts diéliens. Jeanine Solotareff a co-fondé l'Association de Psychanalyse introspective, dont elle a assuré la présidence jusqu'en 2014.

9782822404976
49 Produits
Nouveau

16 autres produits dans la même catégorie :

Availability: 50 In Stock

Cet ouvrage apporte une connaissance clarifiée du savoir surconscient, qui se manifeste le plus souvent de façon informulée. Il se propose de répondre ainsi au besoin le plus profond de chacun d'entre nous, celui d'une authentique harmonisation face aux deux erreurs vitales, la vaine poursuite de désirs sans cesse multipliés ou la quête écrasante de l'impossible perfection.

SOYEZ HEUREUX !

14,22 €
Availability: 100 In Stock

Comment être heureux, aujourd’hui ?

Comment sortir du malaise ?

Il y a des remèdes traditionnels : lutter contre la dépression, essayer d’être chasseur plutôt que bonnet de nuit, ne pas abuser des somnifères ou des anxiolytiques, réaliser ce qu’on a envie de faire, avoir le souci de soi et pratiquer la gymnastique, enfin s’amuser (par exemple : lire des livres distrayants).

Il y a des antidotes moins connues, mais tout aussi efficaces : le bien manger, l’art des voyages, la conjugaison de l’Impératif, le maniement du courage, l’autodérision, la vertu de l’espoir et de la méditation, l’affection générale pour les animaux, fussent-ils sauvages…

Enfin il y a des médicaments très rares : imaginer qu’on est dans un autre élément, avoir l’habitude de faire la synthèse entre calcul et activité, plénitude et mouvement, avoir le don de l’illusion, croire aux remèdes bioéthiques et à l’art, vivre dans la Société de consolation et non pas de dénigrement, apprendre la curiosité, etc…

Quelle que soit la solution, il est nécessaire de l’apprendre, pour anéantir ses pleurs et accéder à la joie, au bonheur.

Ce sentiment à l’égard de soi-même et d’autrui, traverse tout l’ouvrage.


Elisabeth DOLARD, docteur en droit, licenciée es lettres, et diplômée de l’institut des Sciences Politiques et de l’Institut de Criminologie, s’est passionnée pour les études. Elle devait se consacrer ensuite à sa famille « Elever quatre enfants est très accaparant dit-elle en souriant) et à sa profession (elle fut avocate avant d’enseigner à la Faculté de Droit et dans diverses écoles de formation sanitaire et sociale). Elle s’engage maintenant dans l’écriture en espérant que les lecteurs inconnus d’aujourd’hui seront les amis de demain !

 

Availability: 50 In Stock

CONTENU :

Il faut vivre dans une société où on peut parler de la mort. Celle ci est devenue un véritable tabou, au moment où le lieu pour mourir est passé du domicile à l’hôpital en 1980.
Le savoir faire ancestral de la famille s’est perdu au bénéfice des médecins tout puissants qui se sont mis à gérer la mort devenue simplement un acte technique délicat.
De nombreux signes montrent pourtant que le thème est loin de désintéresser les proches : A Marseille un directeur d’hôpital a envoyé à un artiste une demande de chambre funéraire où les familles puissent se recueillir, en 2000.
De nombreux artistes aujourd’hui comme le chorégraphe Dominique BUGOUET ou le collectif « Merci » ont fait de la mort, le centre de leurs créations, tandis que de nombreux livres l’évoquent à partir de la disparition d’un être cher, quel qu’il soit.
Ce sont les malades du Sida qui en 1980, ont demandé à ce que le silence soit supprimé, qu’il y ait l’existence de groupes de paroles au sein même des hôpitaux et qu’enfin l’on crée des unités de soins palliatifs à visée non thérapeutique mais de protection des patients et de leurs proches.
Il est important de bien expliquer à chacun que la mort est un instant de la vie, et non un épouvantable échec médical.
Beaucoup de thérapeutes ont ainsi évolué :
« Devant un malade qui est décédé, je suis devant la fin d’un cycle disent-ils Il y aurait échec si nous n’avions pas tout fait pour la guérison… »
Ainsi depuis 1999 tous les hôpitaux doivent tenter d’avoir des structures de soins palliatifs, tandis que des congés d’accompagnement se mettent en place depuis l’an 2000 pour les proches des personnes en phase terminale.
Il est important de rappeler tous ces éléments en sachant que chacun a son rythme, pour pleurer, vivre son deuil.
Il est inutile de le bousculer, de vouloir à tout prix le ramener à une vie dite normale. ce serait manquer de respect à son égard et galvauder l’expression « travail de deuil ».
Enfin pour préparer sa propre mort, il est nécessaire d’être en paix avec la vie. De puiser foi et espérance en soi même, dans l’entourage, dans les rites religieux ou non.
Pour aider autrui une relation de confiance doit être instaurée, comme les simples actes quotidiens : décrocher son téléphone, faire un déplacement ou envoyer une lettre, ranger ses affaires, rattraper son retard, savoir se distraire et se reposer.
Porter en soi des lots ou des images que la personne à inspirés et qui aujourd’hui malheureusement n’est plus là…
N’oublions pas que les conférences sur le deuil, destinées aux anonymes font salle comble, et que ces dernières sont devenues obligatoires dans la formation continue des médecins...
On tente de réintégrer peu à peu la mort dans la vie.
 
Elisabeth DOLARD, Docteur en droit, licenciée ès lettres, et diplômée de l’Institut de Sciences politique et de l’Institut de criminologie s’est passionnée pour les études. Elle s’engage maintenant dans l’écriture en espérant que les lecteurs inconnus d’aujourd’hui seront les amis de demain !
Availability: 49 In Stock

Ce livre présente de façon claire et pédagogique les lois du fonctionnement psychique découvertes par Paul Diel et se poursuit par un exposé de leurs possibilités d'utilisation méthodique. Celle-ci peut renforcer et préciser la « voix de la conscience », présente en chaque être humain mais qui s'exprime le plus souvent de façon insuffisamment explicite.

Availability: 100 In Stock

Public
Psychologues et dirigeants d’Entreprises

Resumé
Quelles compétences les psychologues du travail et des organisations devraient ils maîtriser, en général et en relation avec leurs différents domaines de pratique ? C’est à cette question que cet ouvrage a pour objectif de répondre. A cette fin, il se divise en deux parties complémentaires : La première définit la psychologie du travail et des organisations et précise son champ de pratique, explique ce qui a guidé les choix à l’origine du cadre de référence proposé et fournit de l’information sur l’architecture de ce dernier, qui se compose de quatre types de compétences inter reliées. La seconde apporte des précisions sur une de ces catégories de compétences, soit celles qui sont spécifiques à six domaines de pratique professionnelle : la dotation et l’évaluation de potentiel ; le diagnostic et le développement de l’organisation ; la formation du personnel cadre, professionnel et technique ; le coaching professionnel dans les organisations ; la gestion des carrières et la réaffectation du personnel ; l’aide aux employés et la santé psychologique au travail. Résultant d’une démarche de réflexion et de recherche effectuée avec la collaboration de la Société québécoise de psychologie du travail et des organisations (SQPTO), cet ouvrage a une double portée. Au plan scientifique, il se veut un apport à la compréhension d’une profession et des compétences conditionnant son exercice. Au plan pratique, il se veut un guide pour la formation des psychologues en milieu de travail et le pilotage de leurs choix professionnels. Ajoutons que les personnes intéressées à prendre connaissance d’un modèle de compétences développé pour une profession spécifique ou a mieux connaître celle qui fait l’objet de ce volume y trouveront une source utile d’information. Roland FOUCHER est docteur en psychologie du travail et des organisations et professeur titulaire à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), où il est responsable du programme de doctorat en relations industrielles. Il est aussi professeur associé à la Chaire en gestion des compétences et au département d’organisation et ressources humaines de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Ses recherches, ses interventions et ses publications portent principalement, depuis dix ans, sur le développement des ressources humaines, la gestion des compétences et du rendement, et la santé psychologique au travail. François LEDUC est psychologue depuis plus de trente ans, dont plus des deux tiers dans le domaine du travail et des organisations. Ses grands axes professionnels sont le coaching d’affaires et le coaching des transitions de vie professionnelle et personnelle, la santé psychologique du travail et l’évaluation de potentiel des gestionnaires. Il est un coach professionnel depuis 2002, certifié PCC par l’International Coach Fédération. Il est titulaire de deux maîtrises, l’une en psychologie (U. Montréal) et l’autre en administration publique (ENAP).

 

La vie de Paul Diel

23,60 €
Availability: 50 In Stock

Les lecteurs de Paul Diel trouveront dans cet ouvrage des réponses à leurs interrogations sur la genèse de la psychanalyse introspective fondée sur l'étude des motivations intimes, qui valut notamment à Paul Diel l'estime et le soutien d'Albert Einstein. Au fil du récit, de nombreux extraits de la correspondance de Paul Diel permettent de retracer les étapes de la maturation de sa pensée.

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website