La « politique tribale » des États-Unis en Irak (2003-2011), le Agrandir

MM201221232 La « politique tribale » des États-Unis en Irak (2003-2011), le

En Savoir Plus

9,48 €

Introduction

Une intervention politico-militaire « est menée en grande partie de
manière coercitive, mais aussi indirecte, par le biais d’un allié local que
[l’intervenant] doit aider à gagner ou à conserver le pouvoir 1 ». Sans
relais local, l’intervenant est incapable d’agir ou d’influencer les stratégies
d’acteurs dans un sens favorable à ses intérêts stratégiques. Après une
phase d’intervention « directe » qui coïncide avec la phase des combats,
succède une phase plus « indirecte » de l’intervention qui exige un appui
local. En intervenant en Irak en 2003, l’armée américaine a pourtant très
vite découvert son isolement sur place une fois le court chapitre de la
« libération » fermé. L’« héritage de méfiance 2 » (décennies de sanctions,
rôle ambigu des États-Unis dans la guerre Iran/Irak, non-assistance au
soulèvement chiite après la guerre du Golfe en 1991, convoitise du pétrole
irakien) était trop lourd et encore trop récent à surmonter.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

MM201221232 La « politique tribale » des États-Unis en Irak (2003-2011), le

MM201221232 La « politique tribale » des États-Unis en Irak (2003-2011), le

Donner votre avis